L’amour des femmes pour les chaussures n’est plus à prouver. Il relève même de la passion quand elles sont griffées Manolo Blahnik. Depuis plus de quarante ans, Manolo Blahnik séduit les femmes les plus exigeantes de la planète, comme Kate Moss ou Anna Wintour, Rihanna ou Carrie Bradshaw, pour ne citer qu’elles… Et oui, si vous êtes une inconditionnelle de Sex and the City, vous ne pouvez pas ignorer cette référence ultime en matière de soulier, adulée de notre héroïne fashion. Incarnée par Sarah Jessica Parker, Carrie se damnerait pour une paire de Manolos… moi aussi. La vraie bonne nouvelle de la rentrée, c’est que Manolo Blahnik ouvre (enfin) les portes de sa première adresse à Paris. Au Palais Royal. Can’t wait!

Carrie Bradshaw, demande en mariage : Mr. Big lui offre une paire de Manolo Hangisi Jewel en satin bleu, qui deviendront iconique.

Influenceuse avant l’heure des réseaux sociaux, le personnage incarné par Sarah Jessica Parker a, entre autres, immortalisé modèle Hangisi. Un escarpin pointu orné par une boucle bijou, affichant une couleur franche dans une matière noble – le satin de soie pour le modèle original. Malgré le succès de la série, le chausseur britannique avait stoppé sa collection mariage, au grand désespoir de ses admiratrices. Devenu iconique au point d’être revisité par les plus grandes marques, le saint Graal des fashionistas est que, celles qui ont besoin d’une séance de rattrapage se rassurent, relancé par la maison.
Des séries Abs Fab et Sex and the City, des tubes pop Beyoncé ou Lady Gaga, des films Le Diable s’habille en Prada, Twilight… et en 2006, pour Marie Antoinette de Sofia Coppola. Blanhik peut tout faire.

“Le Palais-Royal, c’est le seul endroit où je voulais être à Paris, je m’y suis senti immédiatement le bienvenu”

Manolo est né à Santa Cruz de la Palma aux Canaries en 1942, d’un père tchèque et d’une mère espagnole au sein d’une plantation de bananes. Il peint un tableau idyllique de son enfance. “Ma mère était exquise. Elle avait une élégance innée. Mon père écoutait de la merveilleuse musique arabe sur Radio Casablanca. Et sur la plantation, on chantait les chansons populaires andalouses. L’anglais, mais aussi les influences espagnoles et africaines, qui restent toutes importantes pour moi aujourd’hui.” C’est dans cet endroit reculé que Blahnik est tombé amoureux de la mode, attendant patiemment que le dernier Vogue et Harper’s Bazaar arrive d’Argentine par bateau.

“Tout ce que je veux, c’est rendre les femmes jolies”

Enfant, Manolo Blahnik a reçu une éducation culturellement riche qui lui a permis de découvrir les œuvres de Velásquez, d’El Greco, du cinéma de Cocteau et de Visconti. À la fin de l’adolescence, il part à Genève pour y étudier le droit et la littérature. Il rêve de devenir décorateur de théâtre et dessine avec passion des costumes tout en travaillant dans un magasin de mode vintage à Paris. Grâce à son amie Paloma Picasso, il rencontre l’iconique Diana Vreeland, rédactrice en chef du Vogue américain de l’époque qui, en voyant ses dessins, déclare qu’il doit créer des chaussures. C’est alors, en 1971, que son avenir est fixé.

“Le confort des femmes est essentiel pour moi”

Bien qu’il ait 76 ans, Manolo Blahnik n’envisage pas de prendre sa retraite, ce qui nous ravit. Il conçoit encore personnellement toutes les paires de chaussures qui portent son nom, dessine avec la même acuité qu’à ses débuts, sculptant sa forme dans le bois sans jamais oublier d’affiner les talons de ses chaussures qui sont de véritables œuvres d’art. 10 cm oui, mais confortables !

“Mon inspiration vient de mon enfance, de ma passion pour le cinéma, surtout les films anciens, et de mes voyages.”

Manolo Blahnik a conservé des échantillons de toutes les créations qu’il a imaginées en taille 37, créant une bibliothèque de 30.000 chaussures et des croquis correspondants. Des croquis extraordinaires, sensuels et suggestifs.

“J’ai étudié l’art de la cordonnerie pendant des décennies. Je connais tous les processus de création et de production, mais la clé est l’équilibre.”

À n’en point douter, pour les femmes de ma génération Manolo Blahnik a allumé la passion du talon haut et droit et l’amour du soulier élancé.

Manolo Blahnik
12 rue de Montpensier 
75001Paris

©Shoe images courtesy of the Bata Shoe Museum